Freescale : appel à la grève de l’intersyndicale

Jeudi 11 février 2010, par cclpv // Freescale

« Le comité central d’entreprise se réunit vendredi pour décider de la suite des licenciements. »

Réunies en assemblée générale mardi, la CGT, CFDT et CFTC de l’intersyndicale Freescale ont fait connaître l’intention du personnel ouvrier de Freescale semi-conducteurs d’organiser un mouvement de grève à compter de jeudi soir jusqu’à vendredi inclus.

Les grévistes entendent faire barrage au Comité central d’entreprise (CCE) qui doit se tenir ce vendredi avec à l’ordre du jour « la fin de la procédure de consultation du plan de sauvegarde à (PSE) et à partir de là, le feu vert aux licenciements effectifs à compter de 2011 », explique Éric Hirson, l’un des portes paroles de l’Intersyndicale.

Pour l’Intersyndicale qui représente la base ouvrière de l’unité de production de l’usine, l’enjeu est d’éviter une représentation syndicale lors de CCE comme FO-UNSA ou CGC, majoritaires parmi les cadres et techniciens de Freescale.

« Il suffit qu’un syndicat donne un avis positif ou négatif pour que la procédure suive son cours. Le seul moyen d’éviter ça, est qu’il n’y ait pas de syndicat qui siège vendredi lors du CCE », ajoute Éric Hirson.

Une nouvelle assemblée générale doit avoir lieu vendredi matin avant la tenue du CCE pour « discuter des moyens d’action de cette journée ».

Si globalement l’Intersyndicale n’est pas majoritaire à Freescale, elle est représentative de l’ensemble des 821 personnes concernées par ces licenciements, sur l’unité de fabrication des composants électroniques pour l’automobile.

Depuis le 15 janvier dernier, ces équipes de jour et de nuit ont procédé à des débrayages intempestifs avec pour effet d’entraver la production de l’usine.

L’Intersyndicale CGT-CFDT -CFTC s’était également mobilisée durant cinq semaines fin 2009 pour obtenir des indemnités décentes de licenciements.

Depuis, entre la Direction qui a toujours prôné « le dialogue social » et les autres syndicats FO-UNSA et CGC de Freescale, la rupture est consommée.


Les plans de licenciements

Depuis l’annonce le 22 avril 2009 du plan de sauvegarde de l’entreprise (PSE) « plus de 120 réunions ont été organisées avec les partenaires sociaux » indique la Direction.

Dans un premier temps, les licenciements ont concerné les 236 salariés de la téléphonie.

Le PSE actuel touche les 821 emplois concernés par l’arrêt de la production en 2011.

Fin 2011, il ne restera plus que 600 personnes à Freescale Toulouse, pour majorité des ingénieurs, chargés de l’activité de recherche et conception de puces électroniques (domaine automobile, réseaux de communication, applications industrielles, appareils portables).

Début 2009, 1 650 personnes étaient employées sur ce site.

ladepeche.fr
le 11/02/2010

Répondre à cet article