4ème jour de grève à la SNCF : la CGT appelle à la poursuite du mouvement

Dimanche 11 avril 2010, par cclpv // SNCF

Déclaration de la fédération CGT des cheminots

Au 4e jour de grève, les cheminots du domaine traction (conducteurs de trains…), les personnels des Etablissements Commerciaux Trains (contrôleurs…) et les cheminots du Fret demeurent bien mobilisés et déterminés à ce qu’ils soient respectés et entendus en exigeant l’ouverture de véritables négociations.

Malgré toutes les tentatives de la direction SNCF de masquer la réalité, le rapport de forces se maintient globalement et devrait s’élever dans les prochains jours dans certaines régions, notamment en Ile de France.

C’est là le résultat de la stratégie de blocage, de posture idéologique incompréhensible et inacceptable de la direction de la SNCF qui refuse, malgré l’existence d’une conflictualité sociale importante, d’ouvrir des négociations sur des questions lourdes d’enjeux et de conséquences pour le service public SNCF, la réponse aux besoins de la collectivité nationale et pour les conditions de vie et de travail des cheminots.

Les cheminots sont de plus en plus ulcérés par le manque de considération manifesté à leur égard par les dirigeants de l’entreprise, par leur désinvolture et leur arrogance dans certains endroits.

Les désagréments causés aux usagers du rail par le mouvement social relève de la responsabilité pleine et entière de la posture intransigeante de la direction de la SNCF, soutenue par le gouvernement et l’Elysée.

Dans la stratégie de la direction de la SNCF de vouloir minimiser à tout prix, aux yeux de l’opinion publique, la réalité du mouvement social, il est déplorable et dangereux de constater que les prévisions des plans de transports annoncées ne correspondent pas, dans nombre d’endroits, à la réalité.

Cela se voit de plus en plus et entraîne des situations critiques dans les gares et dans les trains et une incompréhension de plus en plus importante des usagers vis-à-vis de la communication de l’entreprise.

Là aussi, la responsabilité de l’entreprise est engagée.

Pour les conditions de transport des usagers, pour le service public, pour l’intérêt général, la raison doit l’emporter sur toute autre considération tacticienne !

Comme dans toute entreprise en proie à un conflit social, la direction doit négocier les raisons de celui-ci.

La balle est dans son camp !

La Fédération CGT disponible pour participer aux négociations nécessaires, appelle les cheminots à rester mobilisés, à se rassembler, à débattre et à continuer à élever le niveau du rapport de forces. Elle leur demande de faire preuve de beaucoup de lucidité pour déjouer manœuvres et provocations et, comme toujours, de conduire l’action dans un grand esprit de responsabilité.

Montreuil, le 10 avril 2010 – 13h00

Répondre à cet article