La grève à la Poste s’étend à deux autres villes

Jeudi 3 juin 2010, par nico // La Poste

Elle dure déjà depuis le 26 avril à Asnières, Châtillon et Clamart. La grève à la Poste s’est étendue hier à deux sites supplémentaires. Le syndicat SUD, en pointe dans le mouvement, a annoncé que les établissements de Bois-Colombes et Issy-les-Moulineaux sont également touchés. « En jouant le pourrissement, tout ce que la direction départementale a gagné c’est une extension du conflit » , assure Gaël Quirante, secrétaire départemental adjoint de SUD-PTT.
Les heures de négociation entamées lundi entre SUD et la direction sont restées infructueuses en raison d’un désaccord sur le sort de vingt agents sanctionnés. « La direction refuse de lever les sanctions, poursuit le syndicaliste. Elle propose juste que les vingt blames soient suspendus pendant un an, ce qui représente une épée de Damoclès au-dessus de la tête de chaque agent. Du coup, nous n’avons pas abordé le côté revendicatif. »

Les élus de gauche mobilisés

Ce que les postiers mobilisés réclament depuis déjà un mois, c’est le report du dispositif Facteur d’avenir, qui consiste à mettre en adéquation le nombre de tournées avec le trafic de courrier, en baisse constante avec la montée en puissance des courriels. Du côté de la Poste, on argumente, mais pas dans le même sens : « La neutralisation des sanctions est quelque chose qui a déjà été pratiqué par le passé. Nous avons consenti à abaisser à six mois le délai de récidive avant sanction, contre un an auparavant. » Jusqu’à présent, les autres syndicats ne suivaient pas forcément SUD dans toutes ses actions, à l’exception de la manifestation de la semaine dernière à Nanterre. Les voilà désormais qui se joignent à une pétition réclamant la levée des sanctions : « Outre SUD-PTT, Force ouvrière, la CGT et la CFTC se sont associées pour recueillir des signatures », avance Gaël Quirante.

Lassés de ce conflit, de nombreux élus de gauche sont aussi mobilisés pour demander à la Poste de trouver une issue. Aux maires socialistes d’Asnières et de Clamart, deux villes où la distribution du courrier est perturbée, sont venus s’ajouter des élus communistes comme le député Roland Muzeau, la sénatrice Brigitte Gonthier-Maurin. Mais aussi les élus de la gauche démocrate et républicaine, la députée Jacqueline Fraysse et le maire de Nanterre, Patrick Jarry, ainsi que la section départementale de la ligue des Droits de l’homme.

Le Parisien le 02/06/2010


La direction de la Poste détaille ses propositions

Entamé depuis plus d’un mois, le conflit à la Poste autour du dispositif Facteur d’avenir, qui consiste à adapter le nombre de tournées au flux de courrier en baisse, s’est poursuivi hier. Direction et syndicats s’opposent toujours sur les sanctions qui pèsent sur certains agents.

D’un côté, la direction dit ne pas vouloir passer l’éponge sur des exactions sans vouloir confirmer que des plaintes ont été déposées, de l’autre les syndicats réclament des garanties avant de parler du fond du conflit : « Parmi les dernières propositions que nous avons reçues, la possibilité que onze agents passent devant une commission de discipline et risquent ainsi la révocation ou le licenciement n’est pas acceptable pour nous, tonne Gaël Quirante, secrétaire départemental adjoint de SUD-PTT.

Nous poursuivons donc la grève tout en envisageant son extension à d’autres établissements des Hauts-de-Seine. » La direction départementale de la Poste est revenue hier vers les syndicats en détaillant ses propositions établissement par établissement : « A Asnières, nous proposons le report de quatre mois de la mise en place de la nouvelle organisation, la création d’une tournée supplémentaire par rapport au projet initial et l’examen de la situation des quatre agents en CDD en vue de la transformation de leur contrat en CDI », révèle-t-elle.

Pour Châtillon, la direction envisage « la création d’une tournée supplémentaire par rapport au projet initial, la promotion d’un agent pour le poste de facteur d’équipe, l’examen de la situation de l’agent en CDD en vue de la transformation de son contrat en CDI ».
Pour Clamart, les propositions concernent « la création d’une tournée supplémentaire par rapport au projet initial ».

Le Parisien le 03/06/2010

Répondre à cet article