SeaFrance supprime la moitié de ses effectifs

Vendredi 11 juin 2010, par nico // SeaFrance

La compagnie de ferries durcit son plan et annonce la suppression de 725 emplois.

Au bord du naufrage, SeaFrance a présenté hier un plan de sauvetage prévoyant la suppression de 725 des 1 580 emplois de la compagnie française de ferries transmanche. L’ex-Sealink, actuellement en procédure de sauvegarde, n’avait, dans un premier temps, prévu que 482 départs. « Il fallait trouver un gain de productivité très important, car la compagnie a perdu 15 millions d’euros lors des quatre premiers mois 2010 », explique Vincent Launay, directeur général adjoint de SeaFrance. La situation, déjà tendue en raison de la forte concurrence britannique et aussi du tunnel sous la Manche, s’était encore détériorée après le mouvement de grève de quatre jours organisé lors du week-end de Pâques. SeaFrance avait perdu 1,25 million à cette occasion.

Apport en capital

Le nouvel effort demandé à l’entreprise sera sans doute le dernier. Les gisements d’économies sont de plus en plus difficiles à identifier. En effet, SeaFrance n’exploite plus qu’une seule ligne (Calais -Douvre) et n’utilise plus que quatre bateaux dont trois ferries .
« Nous allons optimiser l’emploi du temps du personnel commercial en fonction des jours, des saisons, des rotations, explique Vincent Launay, dans le secteur des services nous n’avons pas besoin que toutes les boutiques et tous les restaurants soient ouverts, alors qu’il n’y a que quelques dizaines de personnes à bord. »
La compagnie SeaFrance s’était placée sous la tutelle du tribunal de commerce de Paris au mois d’avril. Elle demandera prochainement la conversion de la procédure de sauvegarde en redressement judiciaire.
La situation est très délicate : en avril, l’endettement s’élevait à 185 millions pour 0,07 million de fonds propres. L’année dernière la compagnie a perdu 36 millions pour 170 millions de chiffre d’affaires.
Désormais l’avenir de SeaFrance passe par un apport en capital de son actionnaire à 100 %, la SNCF. « Il faudrait environ 190 millions », explique-t-on chez SeaFrance. L’importance du plan de redressement se justifie aussi par la nécessité de convaincre les autorités européennes de la concurrence des efforts entrepris par SeaFrance pour se tirer d’affaire.

Le Figaro le 11/06/2010


Ferries transmanche SeaFrance veut supprimer un emploi sur deux

Coup dur pour SeaFrance. En situation financière délicate , la compagnie de ferries transmanche a présenté vendredi, lors d’un comité d’entreprise, un nouveau plan de redressement qui prévoit quasiment deux fois plus de suppressions de postes que le précédent.
Sur 1.580 emplois, 725 doivent disparaître contre 482 pour l’ancien plan de redressement. « Il fallait trouver un gain de productivité très important », a expliqué Vincent Launay, directeur général adjoint de la compagnie, à l’issue de la réunion, soulignant que SeaFrance avait « perdu 15 millions d’euros sur le premier quadrimestre ».

Des fraudes massives de ses employés

En 2009, elle avait enregistré 36 millions d’euros € de perte, après un exercice 2008 lui aussi négatif de 24 millions d’euros. « Ce nouveau plan prévoit la suppression de 725 postes, soit 50% de plus que prévu initialement », a confirmé Marc Sagot, élu CGT au CE de SeaFrance.

Filiale à 100 % de la SNCF, SeaFrance fait également face à des soupçons de fraude massive sur les ventes à bord de ses bateaux qui relient Calais à Douvres pour un montant de plusieurs centaines de milliers d’euros. Certains employés se seraient servis sans vergogne en cigarettes, parfums et en whiskies vendus à bord, ce qui n’aurait pas arrangé la situation financière, déjà très tendue, de la compagnie.

Ce nouveau plan doit être présenté mercredi au tribunal de commerce de Paris. La compagnie de ferries SeaFrance s’est placée en avril sous la tutelle du tribunal, étant « sur le point d’arriver aux limites de sa trésorerie ». La direction a précisé vendredi qu’elle allait demander la conversion de la procédure de sauvegarde en procédure de redressement judiciaire.

Quatre jours de grève à Pâques

Le bras de fer entre la CFDT, syndicat majoritaire et principal adversaire de la direction depuis sa décision de réduire les effectifs, et la direction se termine en défaveur des salariés. Les syndicats ont durement protesté contre certaines mesures du premier plan de redressement, qu’ils avaient signé à contrecoeur. Une grève de quatre jours avait alors paralysé les liaisons transmanches de la compagnie à la période Pâques. Une procédure de sauvegarde de l’emploi avait alors été adoptée.
Guillaume Pépy, président de la SNCF, maison mère de SeaFrance, a semble-t-il fait pression sur les syndicats et notamment la CFDT, en lui adressant jeudi « un courrier fort », dans lequel il l’enjoignait de prendre « ses responsabilités » lors du CE de vendredi, selon un élu du CE.

Le parisien le 11/06/2010

Répondre à cet article

3 Messages

  • SeaFrance supprime la moitié de ses effectifs 25 septembre 2010 12:23, par marin

    l’article ou vous ecrivait que le personnel se serait servi en cigarette ,whisky parfum est une vrai propagande patronal depuis plus de dix ans un inventaire est fait par jour certe il y’a des voles mais certainement pas aux niveau du personnel mais comme dans tous magasin ,grande surface etc ces demarque sont causé par certain client sans scrupule comme il en existe beaucoup !maintenant un copié collé a été fait entre la sncm et seafrance ,compagnies qui ont toutes les deux des capitaux de la SNCF et dont on veux sans debarasser en les revendant a des groupes privée comme veolia !toutes les entreprises ont de la demarques mais certainement pas celle estimer par mr fa en mettant tous sur le dos des salaries et en allant piocher des faits de ci de la et qui pour la plupart remontent a plus de vingt ans !quand on veut tuer son chien on dit qu’il a la rage !le but premier de mr fa fut de casser le morale des salarier ,casser le syndicats ce qui est a seafrance une culture salariale ,mettre les comptes de l’entreprise dans le rouge pour pouvoir ainsi proceder a une vague de licenciement pour ensuite une revente certaine du capitale a une societé privée chose qui lui a pris deux a peine pour arriver a ces fin !deux ans a peine quil fut nommé a la tete de l’entreprise et deux ans a peine pour la liquider voila les methodes de mr fa encore un patron voyou soutenu par les politiciens juges ,administratreur maritime etc etc bravo et merci pour ces methodes a l’americaine et merci a la justice francaise de soutenir de tel pratique honteuse ! soutenir un tel patron qui a tremper dans des d’affaire comme elf et ces comptes tomates situé en afrique qui ont affecter pas mal de politicien a l’epoque ca ne m’etonne pas qu’a ce jour beaucoup d’entre eux le soutienne ce monsieur fa doit en savoir beaucoup sur eux

    repondre message

    • SeaFrance supprime la moitié de ses effectifs 25 septembre 2010 14:32, par cclpv

      Cet article est signé par le journal Le Parisien. Notre solidarité va bien sûr aux salariés de SeaFrance. La direction veut faire coire que SeaFrance serait dans le rouge à cause de certains salariés ou syndicats. La ficelle est grosse ! Les voleurs, ce sont ceux qui voudraient s’emparer de SeaFrance, licencier et casser les acquis sociaux.

      repondre message

      • existe t’il dans le code penal un article de loi sur le sabotage d’entreprise ?
        car plusieur fait nous ont été relaté comme l’envoi a la conccurence des compagnies de transport routier ou encore la mise a quai de deux ferry pendant plus de deux ans et diminuant le nombre de traversser des 3 ferry restant ce qui a fait decroitre fortement le chiffre d’affaire pour ainsi prouver au yeux du public que seafrance va mal et ainsi proceder aux licenciements sous la menace d’un depot de bilan ce qui est sure arrangerait le repreneur de l’ombre !mr fa et ces acolytes, jespere qu’un jour les tribunaux ne seront pas aussi clement qu’a ce jour voir meme complice des deboires d’une compagnie qui ne fait aucun bruit au niveau mediatique et pourtant aussi lucratif pour certain

        repondre message