Menaces de licenciements pour faits de grève à Freescale

Jeudi 5 novembre 2009, par cclpv // Freescale

A Freescale menaces de licenciements pour faits de grève, la lutte pour les revendications continue

La suspension de la grève, il y a 16 jours, n’a pas entamé la volonté des grévistes de continuer la lutte pour obtenir satisfaction. Depuis, le comité de grève, qui a pris le nom de comité de lutte, a été confirmé et réélu par l’AG des ex-grévistes qui s’est tenue à plusieurs reprises.

Loin de jouer l’apaisement (la paie de fin octobre est négative pour beaucoup de grévistes mais les demandes d’acomptes ont été refusées, pour ne pas parler du paiement des heures de grève) ou le dialogue (la seule séance de négociation a tourné court, la direction refusant d’aborder la question de notre revendication, celle des indemnités) le patron brandit au contraire les menaces de sanctions pour faits de grève. La semaine dernière il y a eu deux mises à pied conservatoires, dont celle de Georges Lorente, un des porte-parole du Comité de Grève, élu CFDT. A celui-ci lors de son entretien préalable, qui a eu lieu ce matin mardi 27 octobre, les seuls prétextes avancés sont en partie inventés, toujours injustifiés et toujours en rapport avec le déroulement de notre grève de 5 semaines.

Un nouveau rassemblement de protestation, semblable à celui qui s’est déroulé aujourd’hui, aura lieu vendredi prochain 29 octobre lors de la réunion du CE appelé à donner son avis sur la demande de licenciement de Georges.
Nous ne sommes pas décidés à nous incliner, ni à accepter des sanctions contre certains d’entre nous, ni à renoncer à nos exigences.

Le Comité de lutte soutenu par CGT-CFDT-CFTC et l’AG, qui organisent une conférence de presse, demain mercredi 28 octobre, à 16 heures à Toulouse, maintiennent leur revendication d’indemnités décentes. Ils appellent l’ensemble des organisations de travailleurs à exprimer leur soutien à notre lutte et à dénoncer la répression patronale.

Le 27octobre 2009
Didier Soulet

Répondre à cet article