Manifestation jeudi 10 décembre à Elbeuf contre la casse de l’emploi

Dimanche 6 décembre 2009, par cclpv // convergence des luttes

A écouter les commentaires dans les médias, la crise serait passée et il y
aurait même quelques signes de reprise. Ils ont raison, cela va beaucoup
mieux pour les actionnaires, les profits sont à la hausse (35 milliards au 1er
semestre 2009), les banques ont remboursé leurs dettes et se sont remises à
spéculer comme avant.

Mais pour les salariés, la situation est restée catastrophique.

La casse industrielle se poursuit, les licenciements et les délocalisations
s’accélèrent, le chômage augmente (500 000 de plus en un an), le chômage
partiel et la flexibilité sont devenus des stratégies d’ajustement des effectifs.

NPC (ex EMT) Caudebec les Elbeuf

Cette entreprise, filiale du groupe Autoliv, va fermer ses portes début 2010, en jetant 140 salariés dehors.
Pourtant le groupe Autoliv annonce un chiffre d’affaires de 125 millions de dollars supplémentaires et vient de racheter le groupe Delphi qui a licencié plusieurs milliers d’empois.
Autoliv a licencié - en 3 ans - 6 500 salariés (28 %) dans les pays de la zone euro, et en a embauché 4 900 (32%) dans les pays à bas coût, ce qui lui a permis de faire une économie de 250 millions de dollars en 3 ans.

Aerazur (groupe Zodiac)

Le PDG de l’entreprise a annoncé dans un document, la volonté du groupe d’accélérer les délocalisations des productions vers le site de TUNISIE à SOLIMAN et de grossir l’usine tunisienne de 200 personnes de plus
pour fin août 2010.
Cette annonce est alarmante car elle s’ajoute à la baisse de la charge qui s’accentue à cause de la mauvaise santé des marchés de l’hélicoptère, dont AERAZUR Caudebec Lès Elbeuf est sous-traitant.
Le site caudebecais a déjà perdu la totalité de la fabrication des airbags, aujourd’hui le scénario se répète sur le reste de la production.

Renault Cléon

En 4 ans, l’usine de Renault a perdu plus de 1000 emplois. L’usine tourne à 60 % de ses capacités et chôme 1/3 du temps, depuis plus d’un an. Les prévisions pour les 3 ans à venir sont inquiétantes. La direction annonce un sureffectif d’au moins 800 salariés (plan social redouté).
Sans mobilisation, c’est l’assurance de suppressions d’emploi sur le site et une
dimension à moins de 3 000 emplois dans les années à venir, impactant d’autant l’économie des sous-traitants et équipementiers.

L’AGGLO D’ELBEUF N’ECHAPPE PAS A LA REGLE

Cela devient insupportable, il faut réagir avant que l’agglo d’Elbeuf ne devienne un désert industriel !

Carrefour

Le 50ème anniversaire de Carrefour marque un plan d’économies sur les
salaires de 500 millions d’euros.
Entre juin 2008 et juin 2009, 3 190 équivalents temps complet ont disparu
des rayons où les contrats à temps partiel sont légion.
Pour les seuls hypermarchés, le nombre total de suppressions de postes se monterait à au moins 5 000 depuis le début de l’année.
Les métiers de boulanger et boucher sont amenés à disparaître. Des emplois à l’encaissement sont aussi sur la sellette (caisse automatique, self scanning…)
A cela s’ajoutera la suppression de la plupart des standards téléphoniques, la réduction du personnel d’accueil et la disparition progressive des vendeurs au
profit de bornes internet.
Pour 2010 et 2011, c’est 2 milliards d’économie qui sont annoncés. Cela laisse imaginer le pire en termes d’emploi.
C’est sûr, à Carrefour, "le positif est de retour" !

BASF (St Aubin lès Elbeuf)

L’arrêt de deux fabrications va entraîner la suppression de 40 postes en 2010.
Et d’autres entreprises sont également menacées.
Auxi chimique : 7 licenciements,
Maprochim, Manopa, APRE etc.

Cela devient insupportable,
il faut réagir avant que l’agglo d’Elbeuf ne devienne un désert industriel !

Tous Ensemble
MANIFESTONS LE 10 DECEMBRE 2009
à 16H30 à Elbeuf

Union Locale CGT d’Elbeuf

PDF - 73.6 ko
Tract UL CGT Elbeuf
Appel à la manifestation du 10 décembre 2009 contre les licenciements qui touchent les entreprises d’Elbeuf
PDF - 52 ko
Tract SUD Chimie Elbeuf
Appel à la manifestation du 10 décembre 2009 contre les licenciements qui touchent les entreprises d’Elbeuf

Répondre à cet article