Les Gefco bloquent la production de Peugeot

Vendredi 23 septembre 2011, par cclpv // Gefco

Le mouvement des salariés de Gefco, une filiale de PSA, a affecté hier le fonctionnement de l’usine de Poissy. Avec le blocage des entrées, des pièces détachées ont manqué sur les chaînes.

Production perturbée hier à l’usine Peugeot de Poissy.

Les chaînes de montage ont tourné au ralenti tout au long de la journée et ont même été arrêtées pendant plusieurs heures le matin en raison d’un manque de pièces détachées. Les camions qui assurent l’approvisionnement n’ont pas pu rentrer sur le site à la suite de la mobilisation des salariés de Gefco, l’une des filiales du groupe PSA.

Les employés, touchés par un plan social et la suppression de 110 postes, ont en effet bloqué les deux portes principales de l’usine.

La manifestation a commencé à l’aube, vers 5 heures. Vêtus de chasuble fluorescente, des salariés de Gefco se sont positionnés devant les barrières du centre de production aux portes d’Achères et de Poissy. Au fil des minutes, les semi-remorques, remplis de fournitures destinées aux différents ateliers de montage de la 207 ou encore des Citroën C3 et DS3, se sont retrouvés immobilisés. Peu après le début de la manifestation, les opérateurs qui assemblent les véhicules ont manqué de pièces.

« Nous avons maintenu toutes les équipes, mais cette situation est désorganisante, explique la direction. Nous espérons que les négociations entre les syndicats et la direction de Gefco aboutiront le plus vite possible. » Selon les syndicats, la fabrication journalière de l’usine, qui avoisine 1200 véhicules, a été amputée d’environ 300 unités.

En grève depuis mardi, les Gefco veulent être entendus. « Notre site de logistique doit fermer en février 2012, indique la CGT dans un tract distribué aux portes de l’usine. Les employés vont être licenciés et les propositions de reclassement sont insuffisantes. Nous voulons être prioritaires pour être réembauchés chez Peugeot. » Et, déjà sûrs d’être licenciés, ils ont décidé de jouer leur va-tout. « Nous n’avons plus rien à perdre, déclare l’un d’eux. On ne peut pas être virés deux fois. » Les manifestants ont reçu le soutien des organisations syndicales de l’usine. « Ces gens-là font partie du groupe et ont de l’expérience », insiste Farid Borsali, délégué du centre de production.

L’immobilisation des poids lourds a également provoqué des problèmes de circulation à Achères, en bordure de la D30, ainsi qu’à Poissy dans le secteur de la gare. Les forces de l’ordre sont intervenues afin de réguler le trafic. Les policiers ont demandé aux manifestants de laisser rentrer quelques camions pour des raisons de sécurité. Quant à la direction de Gefco, elle affirmait hier sa volonté de maintenir sa ligne de conduite : « La procédure du plan social se poursuit. »

Le Parisien - 23 septembre 2011

Répondre à cet article