Manifestation devant General Motors

Jeudi 12 juillet 2012, par lohann // General Motors

À l’appel de l’intersyndicale (CGT, CFDT, CFTC et FO), les salariés des ateliers de production de General Motors (220 personnes selon les syndicats) ont cessé le travail et se sont rassemblés, hier à l’heure du déjeuner, devant les grilles de l’usine. Avant eux, l’équipe du matin avait également observé un arrêt de travail, comme le feront également les salariés des équipes de l’après-midi.

Les manifestants ont distribué des tracts aux automobilistes de passage rue de la Rochelle pour attirer l’attention de l’opinion publique sur leur situation, comme ils l’avaient déjà fait lors de leur précédent défilé dans les rues du centre-ville de Strasbourg, le 30 juin dernier.

« Se débarrasser des salariés »

« Nous demandons que General Motors respecte ses engagements, notamment pour la pérennité du site et des emplois jusqu’à 2020, comme le stipulait l’accord qui a été accepté par les salariés qui en contrepartie ont consenti des sacrifices financiers », pointe la CGT.

Pour la CFDT, « il n’est pas question de se faire racheter par l’épicier du coin », évoquant le projet de cession du site de Strasbourg formulé par la maison-mère américaine. « General Motors n’a jamais eu l’intention de relancer cette usine mais cherche, à travers cette vente, à se débarrasser des salariés à moindre coût », analyse l’intersyndicale.

La CFDT fustige aussi « les menaces de la direction qui entend faire porter aux syndicats la responsabilité d’éventuels échecs des négociations » puisque cette manifestation se déroulait, hier, en même temps qu’une visite d’un repreneur éventuel. « Ils nous rejouent le scénario de 2008, lorsque la direction affirmait qu’il y avait plein de repreneurs, dont des Chinois, pour finalement avouer en 2010 qu’il n’y avait aucun candidat sérieux », estime la CGT.

Le 11 juillet 2012 - L’Alsace

Répondre à cet article