Intervention du collectif au concert des Sanofi à Toulouse le 10 mars 2013

Lundi 11 mars 2013, par cclpv // qui sommes-nous ?

Intervention du Collectif Contre Les Patrons Voyous et licencieurs au concert Solidarité-Dénonce organisé par les salariés de Sanofi le 10 mars au Bikini, près de Toulouse :

Tout d’abord, merci à l’association la Sanofienne de donner quelques minutes de temps de parole au Collectif Contre Les Patrons Voyous et licencieurs.

Ce Collectif a été lancé en juillet 2009. C’était au départ une idée de l’équipe militante de New Fabris, une usine de 366 salariés à Châtellerault mise en liquidation judiciaire. Vous vous en rappelez peut être : les salariés y avaient installé des bonbonnes de gaz et menaçaient de faire tout sauter pour se faire entendre.

Après bien des initiatives, les salariés de New Fabris appelaient à une manifestation le 30 juillet 2009 à Châtellerault. Pour la première fois, ils se sont adressés aux autres boites dans toute la France, qui étaient en lutte contre de licenciements et des suppressions d’emplois. Ils les ont invités à venir à une manifestation commune.

Organisée en plein milieu de l’été et des congés, le nombre de délégations venues de Châtellerault et de la Vienne, mais aussi et surtout de bien d’autres régions de France, soulignait le sentiment d’avoir été abandonnées qui dominait déjà dans beaucoup d’entreprises en lutte.

Car depuis longtemps, c’est bien le sentiment d’isolement que ressentent les salariés des entreprises qui subissent des licenciements, des plans sociaux ou des fermetures de site. Et la nécessité d’établir des liens à la base, entre les entreprises elles-mêmes, afin de permettre de susciter la réaction de tous et de toutes quand l’une de ces entreprises est attaquée.

C’est pourquoi les Fabris lançaient le 30 juillet l’idée d’un collectif contre les patrons voyous et licencieurs.

Je vous lis un passage de la déclaration de Guy Eyermann, délégué CGT et leader de la lutte des New Fabris, faite à cette manifestation du 30 juillet 2009 : « Cette manifestation doit être le commencement de quelque chose. C’est la création d’un collectif pour toutes les entreprises qui luttent contre ces patrons voyous et ces actionnaires qui ferment nos usines et qui licencient des milliers de personnes.
Aujourd’hui chaque entreprise lutte, se bat, et parfois meurt toute seule, dans son coin. Demain, c’est tous ensemble qu’il faudra lutter. Nous ne pourrons gagner qu’en réunissant toutes les entreprises, toutes les organisations syndicales, main dans la main. C’est tous ensemble que nous vaincrons. »

Cette déclaration est toujours, hélas, bien d’actualité.

Notre but était de renforcer les liens entre chaque entreprise en lutte afin de ne plus rester isolés chacun dans son usine, son entreprise ou son chantier, face à des patrons et à un gouvernement qui eux sont unis.

Cette tentative date il y a quatre ans maintenant. Durant ces années le collectif à aider à fédérer les boîtes en bagarre, en jouant son rôle d’informateur, voire d’organisateur, en faisant connaître aux autres la situation de chaque boîte menacée, en relayant les appels et les propositions d’action et de lutte d’ensemble qui pourraient être lancés à partir de telle ou telle boîte, en participant à des réunions de délégations d’entreprises autour des boîtes qui ont été sur le devant des luttes et de l’actualité comme Ford Blanquefort près de Bordeaux, Freescale à Toulouse, Philipps à Dreux ou encore Total à Dunkerque.

Mais aussi des boîtes dont les luttes sont restées moins connues et plus isolées : Proma, un équipementier automobile à Gien dans la Vienne (82 salariés). Meadwestvaco, une usine d’emballage cartons à Châteauroux dans l’Indre (160 salariés), Still-Saxby à Montataire, la fonderie F2R à Chateauroux, Baxi à Soissons, Fagor brandt à Lyon, ZF Mecacentre à Saint Etienne, Prevent Glass en Seine et marne, Teleperformance, etc… etc...
Oui, des boîtes dont beaucoup d’entre vous n’ont jamais entendu parler. Et c’est bien le problème.

Au service de tous ceux-là nous avons créé un site internet et une liste de diffusion d’email.
Liste de diffusion qui sert, par exemple et entre autres, à donner aujourd’hui des nouvelles quotidiennes de la lutte des Citroën PSA d’Aulnay. Et à laquelle tous ceux qui sont intéressés peuvent s’adresser pour obtenir des nouvelles des autres, et évidemment donner des nouvelles de leurs propres combats.

Oui, il y a quatre ans que le collectif a entrepris cette tâche. Mais aujourd’hui la situation s’est encore aggravée. Les suppressions d’emplois continuent de plus belle : licenciements, plans de départs soi-disant volontaires, fermetures de site…

Il y a PSA Aulnay, Sanofi, Goodyear Amiens, ArcelorMital, Virgin, Renault, Petroplus, Fralib, Pilpa…
Mais aussi des centaines d’entreprises plus petites, comme DMI dans l’Allier qui a installé à son tour les bonbonnes de gaz dans l’usine, comme New Fabris l’a fait naguère. Des boîtes dont les médias parlent moins, mais qui tous ensemble pourraient constituer une sacré force.

C’est bien la question qui se pose toujours aujourd’hui : comment faire converger toutes ces luttes, ne pas rester isolés, comment se coordonner ?

Car le problème n’est pas seulement de se retrouver dans des manifs de temps en temps, mais de se coordonner, de discuter de la situation de chacun et de ce qu’on pourrait faire ensemble, de discuter des initiatives communes qu’on pourrait prendre, de comment construire un mouvement d’ensemble...

Aujourd’hui, c’est seulement cette menace d’un mouvement d’ensemble qui peut faire reculer le patronat et le gouvernement, et sauver nos emplois.

C’est pour cet objectif que le collectif contre les patrons voyous est toujours prêt à jouer son rôle aux côtés de tous ceux qui entendent travailler à ce but et nous sommes à la disposition de tous les présents pour en débattre et discuter.

Répondre à cet article