PSA Aulnay, 19 avril : en attendant l’échéance du 26 avril

Dimanche 21 avril 2013, par thomas // PSA

Le noyau dur des grévistes tient bon, même s’il s’est encore un peu réduit cette semaine. La faute est au moins en partie due aux très mauvaises relations entre Sud et la CGT (en tout cas les principaux animateurs de l’un et de l’autre des deux syndicats).



Le responsable Sud, s’étant vu refusé par la CGT et par l’AG des grévistes de participer aux discussions qui ont repris entre la CGT et la direction, a appelé les membres de Sud à cesser la grève. Il semble qu’une moitié de ceux-ci n’aient pas suivi la consigne, en désaccord avec cette décision qui est un mauvais coup porté au mauvais moment contre une grève à laquelle ils participent depuis trois mois et que les responsabilités des uns et des autres dans les querelles entre les deux syndicats, redoublées parfois dans le mouvement actuel, ne justifient pas



Ces discussions sont d’ailleurs au point mort. La direction demande à la CGT d’abandonner les tentatives de faire annuler le PSE sur le plan juridique, ce à quoi le syndicat s’est refusé de s’engager jusqu’ici. Et la CGT demande la levée de toutes les sanctions tombées durant cette grève, en particulier les licenciements déjà effectifs de quatre salariés, ce dont la direction ne veut pas discuter avant l’engagement exigé à propos du PSE.



Le tribunal doit rendre son jugement le 26 avril sur la validité du PSE. Même si une nouvelle rencontre CGT-direction est prévue lundi 22, il est probable que rien ne bougera jusqu’à l’annonce du jugement du TGI. La partie pour laquelle il sera défavorable se trouvant alors devant le choix, pour les grévistes de cesser ou pas un mouvement de plus en plus minoritaire ou pour la direction de lever effectivement toutes les sanctions si elle veut que la production reprenne au rythme prévu : 250 voitures pour une seule équipe, l’autre étant mise en chômage technique. On en est très loin encore aujourd’hui.



En attendant et fort du succès médiatique que leur a valu leur visite au Conseil national du PS, les grévistes ont continué et sans doute continueront leurs actions dans des lieux plus ou moins symboliques hors de l’usine ou les collectes aux entreprises, péages et autres gares où ils ont pu constater que le soutien populaire à une grève entrée dans son quatrième mois ne se dément pas.



Aulnay-sous-Bois vendredi19 avril 2013

Le collectif contre les patrons voyous et licencieurs

Répondre à cet article