Mapei ferme deux départements et licencie une cinquantaine d’employés

Jeudi 13 juin 2013, par lohann // Mapei

Le manufacturier Mapei vient de mettre un terme à la production des adhésifs liquides à son usine de Laval, entraînant du coup la fermeture de la chaîne d’embouteillage et le licenciement d’une cinquantaine de ses employés, en grève depuis plus d’un an.

La nouvelle est tombée le 10 juin, moins de deux semaines après que l’Employeur ait rompu les négociations.

Il s’agit d’une seconde vague de licenciements depuis le début du conflit, dénonce le président syndical Éric Caron, rappelant les 43 mises à pied annoncées en août 2012, à la suite de la fermeture du département des poudres.

Des 115 salariés syndiqués à l’emploi de Mapei au début du conflit, il n’en reste qu’une vingtaine, poursuit le président du Syndicat des salariés des produits de céramique et autres-CSN (SSPCA-CSN), qui perd son emploi après 17 ans de service.

« L’usine de Laval va devenir un entrepôt », indique M. Caron, précisant que la multinationale pourra s’approvisionner à même ses usines de Toronto, du Texas ou de la Virginie.

Mauvaise foi

« Depuis le départ, même si la direction laissait entendre qu’elle désirait négocier, c’est clair qu’elle voulait se débarrasser de notre syndicat », affirme Éric Caron.

Même son de cloche du côté d’Alain Lampron, président de la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM-CSN), qui doute de la « bonne foi » qui animait le comité patronal à la table des négociations.

Il en veut pour preuve le directeur de l’usine qui aurait reconnu, en présence du conciliateur Robert Dupuis, « que son projet de réduction de personnel et de déménagement des équipements, qu’il vient tout juste de mettre à exécution, était prévu depuis le mois de décembre dernier ».

Enfin, le président du Conseil central du Montréal métropolitain-CSN, Gaétan Châteauneuf, s’est dit outré par ce nouveau licenciement massif.

« Cette multinationale s’est comportée de manière totalement inacceptable en bafouant toutes les règles élémentaires que doivent respectueusement entretenir les parties durant une négociation », a-t-il réagi par voie de communiqué, le 12 juin.

En grève depuis le 4 mai 2012, les travailleurs du SSPCA-CSN sont sans convention collective depuis le 13 décembre 2011.

Le 13 Juin 2013 - Courrier Laval

Répondre à cet article