Les salariés d’Alltub Bondoufle qui va fermer accusent le fonds de pension américain

Mercredi 7 août 2013, par cclpv // Alltub

En 2011, le fonds de pension américain Aurora rachetait le groupe Alltub présent en France avec deux unités, l’une à Saumur, l’autre à Bondoufle (Essonne). Moins de deux après, la direction du groupe annonçait la suppression de son usine de Bondoufle en avril 2014, qui compte aujourd’hui 135 salariés. Elle rapatrierait une partie de son activité à Saumur, et propose d’y reclasser 50 salariés de Bondoufle.

Un marché en baisse selon la direction

Alltub, est l’un des spécialistes mondiaux du tube d’emballage en aluminium (colle, mayonnaise, crèmes, cosmétiques, etc). Le groupe compte 1 200 salariés dans quatre usines en France, au Mexique, en République Tchèque et en Italie.

Saumur devrait récupérer une partie de la production. 50 emplois y sont prévus en 2014, 25 dus à des départs en retraite et 25 créations. Alltub a réalisé en 2012 un chiffre d’affaires consolidé proche de 125 millions d’euros, l’activité de Bondoufle étant quant à elle un foyer de pertes avec 2 millions d’euros. Le résultat d’exploitation est positif à l’échelle du groupe, mais négatif en France.

Selon Jacques Godard, le directeur industriel d’Alltub France, évoque un marché européen à maturité et en surcapacité, ce qui tire les prix à la baisse. Qui plus est, le tube en aluminium continue à subir la concurrence des emballages de substitution, dont le plastique et le laminé. Le contexte est difficile pour le secteur : Soupletube, un concurrent, a vu ses trois sociétés placées en redressement judiciaire en janvier, tandis que la PME belge Tubes Souples a récemment fermé.

Les salariés ne l’entendent pas ainsi

De leur côté les salariés ont mandaté une étude menée par 2 experts financiers : cette étude notifierait que l’entreprise a été volontairement gérée pour être menée à la fermeture.

Pour Fabrice Chaine, un des salariés : "Le site de Bondoufle a été poussé à produire à perte. Les commandes données par les commerciaux n’étaient pas suffisantes pour permettre la pérennité du site. De plus, toute la recherche et le savoir-faire ont été expédiés à Saumur." Les salariés avaient fait part à la direction de leurs craintes liées à la mauvaise gestion de l’entreprise. Les retours ont toujours été rassurants.

Et Frabrice Chaine de continuer : "En mars dernier, le directeur du groupe, lors d’une réunion sur le site de Bondoufle, a annoncé son plan stratégique. Les choses devenaient plus claires pour les ouvriers présents, ils commencèrent à comprendre pourquoi la direction avait laisser l’entreprise s’enfoncer dans les pertes. Ils soupçonnent la direction du groupe Aurora d’avoir préparé, avant l’achat, la suppression du site de Bondoufle, afin qu’il y est plus qu’une seule usine en France. Une fois démantelé, il récupérait ainsi toutes les lignes de production qui valent plusieurs millions d’euros pour les mettre dans les pays comme la République Tchèque, le Mexique ou le salaire moyen est d’environ 340 euros/mois."

Les partenaires sociaux essayent tant bien que mal d’obtenir une compensation pour le préjudice causé. "Les salariés n’y sont pour rien. Encore une usine qui ferme si nous ne réagissons pas, il ne restera plus d’usine dans ce France," conclut Fabrice Chaine.

D’après saumur-kiosque.com

Répondre à cet article