Air France : 200 membres du personnel au sol ont manifesté contre la suppression de 90 postes à Toulouse

Jeudi 14 novembre 2013, par lohann // Air France

Comme un symbole, la CGT Air France a choisi le jour de la célébration à Toulouse des 80 ans de la compagnie aérienne pour organiser une manifestation dans l’aéroport Toulouse-Blagnac. Les salariés ont protesté aujourd’hui 14 novembre, entre midi et 14 heures, contre la suppression de 90 postes au sol en 2014.

Banderoles, distribution de tracts et appel à la mobilisation. En organisant sa manifestation ce midi à l’aéroport Toulouse-Blagnac, la CGT Air France a choisi de jouer la carte du symbole. "C’est aujourd’hui le jour de la célébration à Toulouse du 80e anniversaire de la compagnie, explique la déléguée du personnel Véronique Goutagny. Nous avons voulu dire à la direction que de notre côté, nous n’avions pas le cœur à la fête." Àl’origine de la grogne : l’annonce, début octobre, de la suppression de 90 postes à Toulouse. Un plan de départs volontaires qui concerne exclusivement le personnel au sol.

"Ce plan n’est pas justifié"

Deux cents salariés Air France se sont ainsi rassemblés ce midi, sur les quelque 450 membres du personnel au sol que compte la compagnie à Toulouse-Blagnac. Une action qui a mêlé débrayage pour le personnel en service et manifestation pour les autres. "Nous avons voulu sensibiliser les passagers et lancer un message à la direction, explique Véronique Goutagny. Ce troisième plan de départs volontaires en seulement quatre ans n’est absolument pas justifié. Nous avons le sentiment que la direction souhaite sous-traiter de plus en plus de services, pour des raisons de coûts."

La responsable syndicale dénonce une "dérive low-cost". "On nous parle de sureffectifs, c’est vraiment hallucinant, grince-t-elle. Nous n’imaginons pas pouvoir travailler correctement sans ces 90 personnes. C’est impossible. La sous-traitance devra forcément prendre le relais, et cela, nous ne le souhaitons pas. Pourquoi sous-traiter lorsque l’on a du personnel pour faire le boulot ?"

Inquiétude pour l’avenir

La CGT Air France ne cache pas son inquiétude pour l’avenir. "Que se passera-t-il si la direction ne trouve pas ces fameux 90 volontaires ?", demande Véronique Goutagny, qui annonce la participation des salariés toulousains à un probable mouvement national, organisé d’ici à la fin du mois de novembre.

Contactée, la direction régionale d’Air France ne souhaite pas apporter de commentaire.

Le 14 Novembre 2013 - ObjectifNews

Répondre à cet article